Lancement prévu du site: 
4 avril, Montréal QC

 

Diaporama

Géophonie

Géophonie

Instructions : 

1. Téléchargez l'application iPhone d'Audiotopie : http://tinyurl.com/audiotopie
2. Téléchargez le parcours.
3. Rendez-vous au métro Place Saint-Henri, à l'extérieur du métro.
4. Appuyez sur "commencer le parcours".
5. Suivez le parcours en repérant les points audio sur la carte.

La version pour baladeur numérique de Géophonie est disponible via le lien ci-dessous.
Suivez les instructions incluses dans le fichier zip.

00:60:00

Géophonie est un parcours sonore interactif influencé par les ambiances du quartier Saint-Henri, l’histoire de l’usine RCA et les objets du Musée des Ondes Émile Berliner. À partir de l’application Iphone téléchargée, 3 trajets sont proposés pour explorer des environnements sonores réinventés et déclenchés par géolocalisation. L’expérience mêle des textures sonores, mais aussi des moments de poésies narratives, pour une exploration artistique du territoire.

Géophonie est une réflexion sur les sons comme outils de communication à distance. Des communications primordiales (cri, tam-tam, sifflements, cors), à celle du 18e (cloche, cheval), aux premières expériences technologiques (télégraphe, morse, téléphone), en passant par l'avènement des technologies de guerre (radio, messages codés), jusqu'à l'avènement des médias de masse (télévision, iPhone), l'expérience Géophonie est créée sur le lieu de construction du premier satellite fabriqué au Canada (Alouette 1). Un carré circonscrit le périmètre de l'expérience. À l'intérieur, l'auditeur peut choisir 3 directions qui l'amène dans des thèmes différents : social, parc, temps, travaux, musique, transport. Ces thèmes sont tous appréhendés comme générateur de signaux et de significations. Ces six sections sont divisées en sous-zones définissant des moments d'expérience. Le contexte est la source des sons, mais ces derniers se transforment pour prendre un sens nouveau. Géophonie est un cadavre exquis d'expériences qui suscite la curiosité du flâneur dans lequel se mêle des textures sonores, mais aussi des moments de poésies narratives. Les sons du musée fusionnent au territoire, formant ainsi un musée éclaté, incarné dans l'imaginaire des explorateurs sonores.

 « De chaque boutique, grande ouverte sur son passage, s'échappait une voix métallique et forte. Une phrase se perdait; de la boutique suivante, la même voix continuait une autre phrase décousue. Cent appareils de radio, à sa droite, à sa gauche, derrière lui, devant lui, lançaient des bribes de nouvelles et faisaient de leur mieux pour lui rappeler l'agonie dans laquelle le monde se débattait ». Gabrielle Roy « Bonheur d'occasion »